Electroniques.biz

La semaine dernière a été marquée par l'annonce de la suppression de 1233 emplois en France par Nokia, parmi les activités d'Alcatel-Lucent, soit un tiers des effectifs de cette filiale dans l'Hexagone. Le groupe prévoit de supprimer 402 postes à Lannion (Côtes-d'Armor) sur 800 salariés, et 831 postes sur le site de Nozay (Essonne) qui emploie 2 900 salariés. Ce sera le quatrième plan de licenciements collectifs depuis que Nokia a racheté Alcatel-Lucent début 2016.

Mauvaise nouvelle également pour l'industrie automobile européenne qui s'attend à ce que les ventes de voitures dans l'Union européenne chutent de plus de 3 millions d'unités, passant de 12,8 millions de voitures vendues en 2019 à quelque 9,6 millions cette année, soit une chute des ventes d'environ 25% par rapport à l'an passé, selon l'Acea, l'Association des constructeurs européens d'automobiles. En France, un fonds de soutien aux investissements dans ce secteur, doté de 200 millions d’euros en 2020, a été créé. Un Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) ouvert à toutes les entreprises de la filière et opéré par Bpifrance vient également d’être publié. Cet AMI est destiné aux entreprises de la filière qui souhaitent investir dans leurs outils de production.

Dans le domaine des semi-conduteurs, le japonais Toshiba va progressivement céder sa participation de son ancienne activité de mémoires flash Nand, Kioxia, et de redistribuer la majorité du produit net de cette vente à ses actionnaires, selon des informations du Nikkei Asian Review. Il possède 40,2% de Kioxia et avait déjà vendu la majorité du capital de cette entité en 2018 à un consortium mené par Bain Capital pour 18 milliards d'euros.

Selon Omdia, les 10 premiers fabricants de semi-conducteurs ont collectivement généré des revenus de 63,6 milliards de dollars au premier trimestre, contre 62,2 milliards de dollars au quatrième trimestre 2019, en hausse de 2,1%, tandis que le marché des semi-conducteurs dans son ensemble a enregistré une baisse séquentielle de 2% au cours de cette même période. A noter que, dans le classement publié par Omdia, il ne figure plus aucune société européenne, HiSilicon, l'activité de semi-conducteurs de Huawei, passant de la 16è à la 8è place et Kioxia de 1a 11è à la 10è position.

Publié dans Editos

Ce sera le quatrième plan de licenciements collectifs depuis que Nokia a acquis Alcatel-Lucent début 2016.

Publié dans Vie des entreprises

La semaine dernière a été marquée par l'annonce de la suppression de 460 postes par Nokia qui va affecter sa filiale  Alcatel-Lucent en 2019 et 2020 afin de réduire ses coûts. Depuis son rachat, Alcatel-Lucent a déjà été visée par deux plans de restructuration, en mai 2016 (- 400 salariés) et octobre 2017 (- 450 salariés). Les syndicats reprochent à Nokia de ne pas avoir tenu ses engagements pris lors du rachat.

Le chiffre d’affaires de la sous-traitance ouest-européenne en électronique devrait progresser de 2,8% par an en moyenne entre 2017 et 2022, selon l’étude « The European Electronic Manufacturing Services Industry 2017-2022 », publiée par Reed Electronics Research. Autre étude prospective que nous avons relayée : la croissance du marché mondial de la biométrie sera forte d’ici 2022 selon les experts de Xerfi. Le développement dans l’Hexagone épousera la tendance européenne. Cependant, l’obtention d’une autorisation préalable de la CNIL pour lancer une application biométrique ou encore le retard des TPE et PME tricolores en matière de numérisation constituent un frein sur marché hexagonal.

Dans le domaine des composants, et plus particulièrement des semi-conducteurs, retenons que TSMC a prédit une chute de près de 14% de son chiffre d'affaires au premier trimestre 2019 (par rapport au premier trimestre 2018), soit sa plus forte baisse en 10 ans, ce qui devrait alimenter les craintes sur un ralentissement de la demande mondiale de semi-conducteurs. Il anticipe en outre un plongeon de 22% de son chiffre d'affaires au premier trimestre 2019 par rapport au trimestre précédent. Enfin, dans le cadre de la guerre commerciale qui opposent les Etats-Unis et la Chine, la vente de composants de fabrication américaine pourrait être interdite à Huawei et ZTE

Publié dans Editos

Après avoir rencontré les représentants du personnel de Nokia et les élus de Nozay et Lannion, Benjamin Griveaux, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, a poursuivi ses consultations en rencontrant, hier, à Bercy, la direction de Nokia France. Cette rencontre avait été préparée, la veille, lors d’un entretien téléphonique, par Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, et Rajeev Suri, P-dg de Nokia.

Benjamin Griveaux a rappelé que le groupe devra respecter ses engagements pris lors du rachat d’Alcatel-Lucent. La direction de Nokia France lui a alors confirmé que la filiale française comptera bien 2500 postes en R&D d’ici fin 2018 et un effectif global de 4200 postes au 14 janvier 2018, conformément à ses engagements.

Les modalités pour atteindre l’ensemble des engagements seront présentées le 2 octobre prochain à Bercy lors d’un comité de suivi qui réunira les représentants des salariés et la direction de Nokia France. D’ici là, la direction de Nokia France a accepté de suspendre la procédure de plan social annoncé précédemment, appelé pudiquement "plan de sauvegarde de l'emploi". Le géant des télécoms Nokia avait annoncé début septembre son intention de supprimer 597 emplois en France. Ces suppressions d'emplois étaient prévues en 2018 et 2019, dans les filiales Alcatel Lucent International et Nokia Solutions and Networks (NSN),

Benjamin Griveaux a déclaré que « le gouvernement suivra de près le calendrier et les modalités de mise en œuvre des engagements pour que la parole donnée à l’Etat soit tenue ».

 

 

Publié dans Vie des entreprises

La semaine dernière a été marquée par les prévisions de suppression d'emplois de Nokia en France. Ces suppressions d'emplois, au nombre de 597, sont envisagés en 2018 et 2019, dans les filiales Alcatel Lucent International et Nokia Solutions and Networks (NSN), sur un effectif total de 4200 personnes dans ces deux sociétés. Un plan vivement critiqué à la fois par les syndicats et par le secrétaire d'Etat à l'Economie, Benjamin Griveaux. Il a déclaré que Nokia devrait s'expliquer "vite" sur ce projet qui contrevient, selon lui, aux engagements pris par le groupe finlandais lors de son rachat du franco-américain Alcatel-Lucent.

A retenir également dans l'actualité de la semaine passée, la finalisation de l'acquisition des activités d'Intel dans les logiciels embarqués, ce qui lui permettra d'accélérer son développement dans le domaine des véhicules connectés et autonomes, le blocage par l'administration américaine du rachat de Lattice Semiconductor par un consortium chinois, Canyon Bridge Partners, pour 1,3 milliard de dollars, la remise en cause par la Cour européenne de justice de l'amende infligée à Intel, accusé par la Commission d'avoir accordé des rabais à quatre grands fabricants d‘ordinateurs (Dell, Lenovo, Hewlett-Packard et NEC), et la poursuite des négociations pour la vente de l'activité composants de Toshiba.

Enfin, il faut noter diverses acquisitions : Lam Research a acquis Coventor, Philips a repris l’allemand TomTec et Stadium Group a acheté son compatriote PowerPax UK.

Publié dans Editos

Nokia prévoit de supprimer 597 emplois supplémentaires en France d'ici 2019. Le site de Lannion, qui compte 767 salariés, devrait être touché par ces suppressions de postes.

Publié dans Vie des entreprises

La première semaine de cette nouvelle année 2016 a été marquée par la publication d'une étude de AT Kaerney qui évalue le potentiel de l'Internet des objets à 940 milliards d'euros pour l'Europe d'ici à 2025. L’Europe dispose des potentiels technologiques, industriels et réglementaires pour prendre la pole position dans cette nouvelle révolution numérique, mais cela nécessite des choix stratégiques immédiats, souligne l'étude.

Dès le début de la semaine dernière, a ressurgi l'imminence d'une vente de Bouygues Telecom à Orange. Les négociations en vue du rachat de Bouygues Telecom par Orange seraient très avancées et pourraient se terminer par une transaction d'un montant évalué à 10 milliards d’euros dont environ 2 milliards d’euros en cash et 8 milliards payés en actions Orange, selon le "Journal du Dimanche".

Autres informations essentielles à retenir : le passage officiel d'Alcatel-Lucent sous le pavillon de Nokia ainsi que le placement sous régime de sauvegarde par le tribunal de commerce de Lille et la recherche d'un repreneur pour DelfMEMS.

En ce début d'année, il est en outre habituel de faire un point de conjoncture sur l'année écoulée pour le marché des semi-conducteurs. Autant dire que l'incertitude continue à régner quant à une éventuelle croissance de ce marché en 2015 qui sera, si elle se confirme, de toute façon très modeste. Le WSTS, l'organisme mondial en charge des statistiques pour ce secteur, continue à y croire, tandis que le cabinet d'études Gartner table sur un déclin. Nous serons fixés début février, lorsque le WSTS publiera les résultats du mois de décembre.

Notons enfin que la semaine passée a vu plusieurs dossiers d'acquisitions chamboulés quant à l'identité des repreneurs ! Depuis l'annonce du rachat de l'américain Anadigics par GaAs Labs, et ce à hauteur de 0,35$ par action, la dernière offre concurrente non sollicitée place la barre à 0,68$ par action. Quant à Fairchild, il a reçu une offre de rachat supérieure à celle déjà proposée par ON Semiconductor de la part d'une société chinoise, filiale du conglomérat China Resources Holdings, qui offrirait également de régler les 72M$ d'indemnité de rupture à ON Semiconductor.

Publié dans Editos

Au terme de son offre publique d'échange, le finlandais détient environ 79% du capital et des droits de vote d'Alcatel-Lucent.

Publié dans Vie des entreprises

Ce centre Alcatel-Lucent en voie d’acquisition par Selha profite de l’exposition pour montrer son savoir-faire en co-design, industrialisation, assemblage de cartes et intégration de matériels pour des domaines complexes.

Publié dans Vie des entreprises

La semaine dernière a été marquée par une vague de transactions de grande envergure devant déboucher sur de nouveaux regroupements dans l'industrie électronique. Western Digital a ainsi annoncé qu'il comptait acquérir SanDisk pour 19 milliards de dollars. Mais les modalités financières de cette transaction ne sont pas encore finalisées et dépendront notamment de l'entrée ou non du chinois Unisplendour, filiale du groupe public Tsinghua Holdings, au capital de Western Digital.

Deuxième grande opération : le rachat de KLA-Tencor par LAM Research pour 10,6 milliards de dollars. L'entité résultante contrôlera 42% du marché des équipements de production de tranches de silicium, avec un chiffre d'affaires de 8,7 milliards de dollars.

Par ailleurs, les choses se compliquent autour de PMC-Sierra, qui avait été l'objet au début du mois d'une proposition de rachat pour environ deux milliards de dollars par le fabricant de circuits RF Skyworks Solutions. Le fournisseur de circuits réseaux intéresse en effet Microsemi, qui vient de soumettre une offre supérieure, à 2,4 milliards de dollars.

Concernant les entreprises françaises, l'actualité a porté sur des contrats militaires et un fonds d'investissement provenant du Koweit. Les contrats militaires se montent à 2,5 milliards d'euros tandis que le fonds d'investissement sera créé avec Bpifrance pour un montant de 450 M€. De son côté, la SNCF a créé un fonds de 30 millions d'euros qui a notamment pour ambition d’intervenir sur l'Internet des objets, les drones de surveillance et les outils numériques à destination des agents... Enfin, le groupe La Poste a annoncé qu'il se déplacera au CES de Las Vegas avec 15 start-up de l'IoT.

Parmi les autres informations importantes de la semaine passée, mentionnons également l'autorisation donnée par les autorités françaises pour le rachat dAlcatel-Lucent par Nokia, avec l'assurance que le pilotage des activités de recherche et développement du futur groupe serait opéré à partir de l'Hexagone. il faut aussi noter le lancement du 3è appel à projets « bâtiments responsables à l’horizon 2020 » par l'Ademe, et la mise en avant par la Fieec du rôle des électrotechnologies dans la lutte la lutte contre le réchauffement climatique.

Publié dans Editos
Page 1 sur 3
28 octobre 2020
27 octobre 2020
26 octobre 2020
25 octobre 2020
23 octobre 2020
22 octobre 2020

Composants
ZOOM SUR LE MODULE UBLOX ZED F9P ! Conçu dans un format compact, le module ZED-F9P est équipé de la nouvelle génération de chipset [...]
Pour communiquer sur vos produits,
n.heurlin@electroniques.biz - 02.98.27.79.99
Pour toute question, merci de nous contacter
03/11/2020 - 04/11/2020
IBS (Intelligent Building Systems)
10/11/2020 - 13/11/2020
Electronica
01/12/2020 - 03/12/2020
Aeromart
10/01/2021 - 15/01/2021
European Microwave Week