Electroniques.biz

Philippe Corvisier

Disponibles en versions de 680µF/2,5V et 820µF/2V, les condensateurs SP-Cap de la série GY de Panasonic supportent une température de fonctionnement de +105°C pendant 2000 heures.

Les DF2B5M4ASL et DF2B6M4ASL affichent une capacité totale de 0,15pF seulement. De ce fait, elles conviennent aux communications à haut débit.

La carte 2JCIE-EV01 d'Omron est dotée de six capteurs pour la mesure d'un nombre identique de paramètres environnementaux courants. Trois variantes existent selon que les clients préfèrent utiliser Raspberry Pi, Arduino ou Adafruit Feather pour leur prototype.

L'allemand annonce deux transistors CoolGaN de 400V et 600V, pour les amplificateurs audio en classe D et les applications de petite et de moyenne puissance, respectivement.

Dans un récent rapport, Kaspersky, l’éditeur bien connu de logiciels de sécurité, fait état d’une multiplication par neuf du nombre des cyberattaques subies par les équipements IoT au premier semestre 2019, par rapport à la même période de 2018. Pour arriver à une telle conclusion, la société a déployé dans le monde un dispositif constitué d’une cinquantaine de leurres destinés à susciter des attaques informatiques. Ce que, dans le jargon de la sécurité informatique, l’on a coutume d’appeler des honeypots ou «pots de miel».
Concrètement, ces honeypots Telnet ont permis de détecter 105 millions d’attaques émanant de 276 000 adresses IP uniques (12 millions à partir de 69 000 adresses IP lors du premier semestre 2018).

Kaspersky note que les attaques opérées sur les dispositifs IoT ne sont généralement guère sophistiquées, si bien que les quelques mesures (mise à jour du micrologiciel/firmware, réinitialisation en cas de doute, restriction d’accès par VPN local...) préconisées dans le rapport permettront de s’en prémunir. Ces attaques sont le plus souvent furtives, dans la mesure où les utilisateurs ne remarqueront peut-être même pas l’exploitation à leur insu de leurs équipements. Les logiciels malveillants (ou, plus exactement, les familles de malwares) principaux ont pour noms Mirai et NyaDrop. Ils sont chacun à l’origine de 39% des attaques. Le premier tire profit des vulnérabilités existantes pour contrôler un objet connecté. A cet égard, les routeurs ou les caméras de surveillance sont souvent considérés comme des dispositifs qui ne méritent pas d’attention particulière. Le deuxième utilise un mode d’attaque par force brute pour contourner les mots de passe. Le troisième botnet le plus courant, mais qui ne compte que pour 2,1% du total des attaques enregistrées par Kaspersky, est Gafgyt. Il s'appuie sur le même principe de force brute que NyaDrop.

Il est intéressant de noter que si les ordinateurs usuels fonctionnent à partir de processeurs d’architecture x86, dans le monde des périphériques IoT, le choix est plus vaste. Une analyse des échantillons de malwares a mis en évidence des fichiers utilisant des modes d’organisation des octets différents (ce que l’on appelle l’endianisme, c’est-à-dire l’ordre dans lequel les octets sont placés en mémoire), conçus pour être exécutés sur des architectures de CPU multiples, telles qu’Intel x86, Arm et Mips.
Enfin, les chercheurs ont réussi à localiser les pays qui constituent les sources d'infection principales. Il s'agit de la Chine (30% du total des attaques), du Brésil (19%) et de l'Egypte (12%). Il y a un an, la situation était différente, le Brésil virant en tête devant la Chine et le Japon.

Les SMA6J et SMA6L-Q ont pour vocation de protéger les bus d'alimentation et les interfaces d'E/S vis-à-vis des décharges électrostatiques et des transitoires rapides.

Tirant profit des technologies de découpage les plus récentes, les alimentations LHA150F de 150W et LHA300F de 300W offrent des rendements améliorés de plusieurs points vis-à-vis des modèles antérieurs de Cosel. En termes d'encombrement, les gains obtenus sont de 30% et 50%, respectivement.

Dans un nombre croissant de systèmes électroniques de puissance, les transistors à base de nitrure de gallium (GaN) remplacent avantageusement leurs rivaux (Mosfet et composants bipolaires) en silicium. Les gains obtenus en termes de rendement énergétique, de fréquence de commutation, de compacité de la solution finale… expliquent cet engouement.
D'anciens dirigeants de CUI se sont portés acquéreurs de la division composants du groupe américain CUI Global. Les alimentations ne sont pas concernées.
2 juillet 2020
1 juillet 2020
30 juin 2020
29 juin 2020
28 juin 2020
26 juin 2020

Embarqué
nouvelle carte porteuse SMARC 2.0 de Connect tech chez ADM21 Connect Tech complète sa gamme de cartes porteuse avec la nouvelle carte SMARC 2.0. Cette carte SMARC [...]
Pour communiquer sur vos produits,
n.heurlin@electroniques.biz - 02.98.27.79.99
Pour toute question, merci de nous contacter
03/09/2020 - 04/09/2020
Sido
09/09/2020 - 10/09/2020
Rencontres électronique imprimée
23/09/2020 - 24/09/2020
IoT World + MtoM Embedded
23/09/2020 - 24/09/2020
RF & Microwave
29/09/2020 - 01/10/2020
Forum de l'électronique/Sepem Industries