Electroniques.biz

La semaine dernière a été marquée par le lancement du plan Nano 2022 et la signature du contrat stratégique de filière de l’industrie électronique. Cet engagement de l'Etat, attendu par les industriels de l'électronique depuis plusieurs mois, a été concrétisé par le déplacement de Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, qui s'est rendu sur le site industriel de STMicroelectronics à Crolles (Isère) le 15 mars dernier. Le plan Nano 2022 représente 5 milliards d’euros de travaux et d’investissements industriels visant à préparer de nouvelles générations de composants électroniques, permettant notamment de répondre aux besoins des marchés de l’automobile, des communications 5G, des objets connectés et de l’intelligence artificielle embarquée, de l’aérospatial et de la sécurité.

A retenir également dans l'actualité de la semaine écoulée, le retour d'Intel à la première place mondiale sur le marché des semi-conducteurs. Deux des principaux caninets d'études qui suivent ce secteur l'ont annoncé à quelques jours d'intervalle, d'abord IC Insights, puis IHS Markit qui a estimé que l'américain a même devancé Samsung dès le 4è trimestre 2018. Le chiffre d'affaires des semi-conducteurs d'Intel a atteint 18,4 milliards de dollars au quatrième trimestre 2018, contre 15,8 milliards de dollars pour Samsung, selon IHS Markit. Autre enseignement que l'on découvre dans les estimations de ce cabinet d'études : deux entrerises européennes, STMicroelectronics et NXP, se retrouvent à nouveau dans le classement des 10 premières sociétés de semi-conducteurs au 4è trimestre 2018.

Nous notons aussi la hausse des demandes de brevets déposées par les entreprises et les inventeurs européens en 2018, le projet des pouvoirs publics de rapprocher le CSA, l'Arcep et l'Hadopi, et enfin la création de deux sociétés conjointes, d'une part entre le groupe de sous-traitance Ametra et l’indien Nucon Aerospace, et d'autre part entre Faurecia et Michelin dans les piles à hydrogène.

Publié dans Editos

L'ensemble devrait être présidé par un seul et même dirigeant tout en conservant la spécificité de chacun de ces organismes.

Publié dans Vie de la profession

La semaine dernière a été marquée par la décision d'Intel de développer son site de production en Israël. De source gouvernementale israélienne, la société va investir 40 milliards de shekels (soit 11 milliards de dollars ou 9,5 milliards d'euros) dans une nouvelle usine. Intel emploie actuellement 11 700 personnes en Israël dans son usine de Kiryat Gat et ses centres de développement dans tout le pays, en plus des 1170 employés de Mobileye.

AMD, son principal concurrent dans les microprocesseurs, a quant à lui annoncé un chiffre d'affaires de 6,48 milliards de dollars, en hausse de 23%, et un bénéfice net de 337 millions de dollars, alors que l'américain subissait encore des pertes annuelles (33M$) l'an passé.

A retenir également dans l'actualité de la semaine écoulée la présentation par Bpifrance de son Plan Deeptech doté de 800 M€ dont l’objectif est de faire émerger des start-up issues de la recherche scientifique et de leur permettre de grandir grâce à des dispositifs d’accompagnement dédiés, le lancement par le gouvernement et l’Arcep d'un appel à la création de plates-formes d’expérimentation 5G dans la bande 26 GHz, et l'annonce par Volkswagen de la production de batteries et bornes de recharge ainsi que l'acquisition de l'Américain Forge Nano.

Enfin, =à l'occasion de la parution du numéro 100 de notre magazine "ElectroniqueS", nous avons sélectionné ce que nous estimons être les 10 meilleures Une depuis sa création en janvier 2010.

Publié dans Editos

La bande 26 GHz a été identifiée en Europe par le groupe pour la politique en matière de spectre radioélectrique (RSPG) comme bande "pionnière" pour la 5G. Le gouvernement et l’Arcep souhaitent donc aujourd’hui y encourager les tests en situation réelle. 

Publié dans Vie de la profession

La semaine dernière a été marquée par la constitution d'un comité commun entre Acsiel, le Snese et le SPDEI pour lutter contre la pénurie de composants. Il sera dédié au suivi de la crise ainsi qu’à la compréhension des mécanismes générateurs de la pénurie.

A retenir également l'accord entre le gouvernement, l’Arcep et les opérateurs mobiles pour accélérer la couverture numérique des territoires et plusieurs études de marché et statistiques plutôt encourageantes pour le secteur de l'électronique. Ainsi, Gartner prévoit une croissance de 7,5% pour le marché des semi-conducteurs en 2018 après une progression qui aura été de plus de 20% en 2017 selon les premières estimations. Autre signal positif : le marché européen de l'automobile qui est l'un des plus importants pour l'électronique, a retrouvé son niveau d'avant la crise de 2008, à 15,1 millions d'unités, ce qui préfigure de bonnes opportunités pour le secteur.

Dans l'actualité de la semaine passée, il faut aussi noter que la Commission européenne a autorisé l'acquisition de NXP par Qualcomm sous certaines conditions, mais cette dernière n'est pas encore faite compte tenu des réserves exprimées par un fonds activiste, du nom d'Elliott, qui détient environ 6,6% du capital de NXP, et qui estime que l'offre de Qualcomm est sous-évaluée.

Publié dans Editos

Le gouvernement, l'Arcep et les opérateurs télécoms ont finalisé un accord afin d'accélérer le déploiement des réseaux mobiles. D'ici 2020, 20000 pylônes, 3 milliards d'euros, 10000 communes qui passeront en 4G... avec des engagements contraignants.

Publié dans Vie de la profession

La semaine dernière a été marquée par la publication de la 2è édition du baromètre Acsiel. La tendance à fin mars reste en ligne avec celle observée fin 2016, à savoir haussière pour le test et la mesure, ainsi que pour la production de circuits imprimés en France, reflets de la bonne santé du marché aéronautique et militaire, fortement demandeur pour ces deux catégories de produits.

A retenir également le lancement d'un grand projet qui rassemble les grands noms de l'électronique européenne portant sur la numérisation des chaines de production et la gestion des stocks. Baptisé Productive4.0 et conduit par Infineon, il est destiné à améliorer l'efficacité industrielle européenne grâce aux technologies numériques. Ce projet rassemble une centaine de partenaires (dont BMW, Bosch, Philips, Thales, NXP Semiconductor, STMicroelectronics, SAP, ABB, Volvo ou encore Ericsson) et des instituts de recherche et de développement comme le Fraunhofer, l'Institut de technologie de Karlsruhe et l'Université technique de Dresde.

Autre événement important, car il traduit une tendance des constructeurs automobile à considérer l'électronique et les logiciels embarqués comme une activité stratégique, l’acquisition de l'activité de R&D française d’Intel spécialisée dans les logiciels embarqués, la connectivité et la création de services clients. Cette activité représente plus de 400 salariés avec deux sites situés à Toulouse et à Sophia Antipolis.

A signaler également dans l'actualité de la semaine passée, la remise des « Trophées de l'innovation » 2017 par STmicroelectronics à des entreprises partenaires, le bilan 2016 de l'Arcep qui montre des investissements records consacrés au déploiement des réseaux à très haut débit, fixes et mobiles, et une levée de fonds de 10 M€ pour la start-up I-Ten qui lui permettra notamment de développer de nouvelles générations de micro-batteries.

Publié dans Editos

Ce dynamisme des investissements est du à l'accroissement des montants consacrés au déploiement des réseaux à très haut débit, fixes et mobiles (qui représentent 34% des montants totaux investis, soit 3 milliards d'euros, en croissance de 25,1% en un an).

Publié dans Vie de la profession

Le document mis en consultation vise à identifier les besoins auxquels ces fréquences pourraient répondre, notamment pour les services mobiles ouverts au public, en 4G et demain en 5G ; l’accès fixe à très haut débit à internet par voie hertzienne ; l’évolution vers le très haut débit des réseaux mobiles professionnels dits « PMR » ; et l’essor de l’Internet des objets.

Publié dans Vie de la profession

La semaine dernière a été marquée par l'officialisation de la reprise du site d'Altis Semiconductor, à Corbeil-Essonne, par X-Fab, lequel s'est engagé à maintenir un minimum de 800 emplois sur 5 ans, et à investir 100 millions d’euros sur 10 ans pour moderniser l’outil de production.

L'automobile a également été au centre de l'actualité avec le partenariat entre Renault et Chronocam pour déployer une technologie de vision artificielle. Renault va ainsi bénéficier de la technologie de capteurs de vision inspirés de l’œil humain pour étendre les capacités des aides à la conduite et de la conduite autonome.

Ce sont les systèmes électroniques pour l'automobile qui devraient afficher la croissance annuelle moyenne la plus forte d'ici 2020, avec un rythme de progression de 4,9% par an, en tête des six catégories les plus porteuses pour l'électronique, selon IC Insights dans l'édition 2017 de son étude sur les marchés applicatifs des circuits intégrés, à paraître à la fin du mois de novembre.

Nous retiendrons aussi dans l'actualité récente que l'Arcep a fait le choix d'un marché concurrentiel pour l'Internet des objets afin d'encourager tous les acteurs du secteur - à la fois opérateurs télécoms et entreprises de services ou industries - à se lancer sans attendre de régulation.

Enfin, sur le front des acquisitions, il faut noter que ASML a acquis 25% de Carl Zeiss SMT au prix de 1 milliard d’euros.

Publié dans Editos
Page 1 sur 3

Test et mesure
Kit Pédagogique passif hyperfréquence EDUCTIKA La mallette EDUCTIKA s’adresse aux étudiants et aux enseignants en électronique de l’enseignement [...]
Pour communiquer sur vos produits,
alrouaud@newscoregie.fr - 01 75 60 28 61

Sondage express

Technologies émergentes
Parmi ces applications émergentes pour l'électronique, quelle est celle que vous estimez être la plus prometteuse pour l'électronique française ?

Veuillez entrer votre nom et numéro de téléphone.

Pour toute question, merci de nous contacter