Electroniques.biz

La semaine dernière a été marquée par l'alliance de 13 pays européens dont la France dans les semi-conducteurs. Alors que cette industrie constitue un enjeu de souveraineté face aux Etats-Unis et à l'Asie, l'Europe a pour objectif de réduire sa dépendance à travers cette initiative. Les 13 Etats signataires s'engagent à investir en commun dans les technologies avancées de semi-conducteurs "à travers toute la chaîne de valeur" avec l'appui de l'Union européenne, selon une déclaration commune publiée sous l'égide de la Commission européenne. Jusqu'à 20% des plans de relance européens, soit 145 milliards d'euros sur trois ans, pourraient ainsi être investis en commun dans la transition numérique, afin de renforcer la chaîne de valeur des semi-conducteurs.

Dans le cadre du "Green Deal" européen, la Commission européenne a par ailleurs annoncé une « stratégie de mobilité durable et intelligente ». L'Esia, l'Association européenne de l'industrie des semi-conducteurs a salué cette initiative visant à garantir que l'Europe se dote d'un secteur des transports adapté à une économie propre, numérique et moderne. Les entreprises européennes figurant parmi les principaux fournisseurs de semi-conducteurs automobiles avancés, elles proposent à l'Europe d'atteindre ses objectifs de mobilité, notamment grâce à leurs innovations, comme par exemple, la gestion moderne des batteries et les groupes motopropulseurs électriques, qui sont des piliers clés pour étendre l'autonomie des voitures électriques et hybrides.

En matière de conjoncture, le WSTS, l'organisme en charge des statistiques mondiales sur les semi-conducteurs, a annoncé que le  marché européen des semi-conducteurs a enregistré un sursaut de 6% en octobre par rapport au mois précédent à 3,214 milliards de dollars, mais la chute reste sévère sur les 10 premiers mois de l'année avec une baisse de 8,7% par rapport à la même période de 2019. Sur une base mondiale, les ventes de semi-conducteurs en octobre 2020 s'élevaient à 39,034 milliards de dollars, en hausse de 3,1% par rapport au mois précédent.

A retenir également dans l'actualité de la semaine écoulée que 37 projets ont été financés par l'AID (Agence de l'innovation de la défense) à hauteur de 10 M€ pour lutter contre la Covid-19 et que 20 start-up seront accompagnées pour faire émerger les champions français de la transition écologique.

 

Publié dans Editos

Ce dispositif a pour vocation d’encourager et d’accompagner individuellement les collaborateurs du CEA et les porteurs d’idées externes s’appuyant sur des technologies CEA dans leurs projets de création d’entreprise.

Publié dans Vie de la profession

Ce financement permettra à Aledia de finaliser le développement de ses produits et d’inaugurer en France sa première usine de production de puces pour écrans basés sur sa technologie propriétaire de microLeds 3D qui verra le jour d'ici deux ans, près de Grenoble (Isère) et qui mobilisera un investissement de l’ordre de 40 millions d'euros (hors équipements de production).

Publié dans Vie des entreprises

TiHive a annoncé avoir obtenu 8,6 M€ de la Commission Européenne pour industrialiser ses caméras TeraHertz capables de détecter les défauts à travers la matière sur les chaînes de production. La start-up est la première entreprise à pouvoir déployer et commercialiser cette technologie à grande échelle. Objectifs : réduire le gâchis des matières premières, minimiser les déchets industriels et ainsi faire faire des économies substantiels aux industriels. 

Publié dans Vie des entreprises

A la suite d’un appel à projets ouvert du 15 avril au 15 mai 2020, via le réseau intergouvernemental Eureka, 8 start-up innovantes françaises ont été lauréates du « Challenge international Covid-19 ». Financé par le Canada, l’Espagne, le Danemark, l’Autriche, la Turquie, les Pays-Bas et la France, ce programme vise à accompagner et soutenir les partenariats technologiques internationaux dont les projets de R&D proposent des solutions de pointe rapidement déployables face aux défis liés au Covid-19.

Publié dans Vie de la profession

Organisé par Business France et Bpifrance, le programme Next French Healthcare sélectionne les meilleures start-up françaises de la santé numérique pour une immersion en Amérique du Nord. Le 11 juin, à l’issue de deux mois de délibérations, le jury du programme Next French Healthcare a annoncé les noms des 13 start-up françaises lauréates. Celles-ci embarqueront pour les Etats-Unis et le Canada, afin de rencontrer des partenaires potentiels et des investisseurs.

Publié dans Vie de la profession

Un plan de soutien en 5 volets a été lancé. Il concerne les entreprises technologiques, notamment les start-up, et a pour but de stimuler la création et le financement de nouvelles sociétés, ainsi que de soutenir la demande et les actions de recrutement.

Publié dans Vie de la profession

Netva s’adresse aux projets, en phase "early-stage" (stade précoce), de start-up opérant dans les domaines de l’intelligence artificielle, l’industrie du futur, la santé, la biotech, l’agritech, l’énergie. Les lauréats de l’édition 2020, tout récemment sélectionnés par un jury de 14 experts français de l’innovation et les membres de 6 comités régionaux américains, vont participer à un programme personnalisé.

Publié dans Vie de la profession

Back Market entend se développer sur le marché des produits high-tech reconditionnés.

Publié dans Vie des entreprises

La semaine dernière a été marquée une fois de plus par les retombées de la crise sanitaire du Coronavirus sur l'économie globale, et bien sûr, en particulier sur l'industrie électronique. L'un des principaux secteurs à souffrir de cette crise est celui des infrastructures numériques et, plus particulièrement la filière fibre optique. Infranum, qui représente l'ensemble des métiers de la filière des Infrastructures du numérique (bureaux d'études, opérateurs, intégrateurs, équipementiers, fournisseurs de services, etc.), estime qu'un soutien financier en faveur du maintien puis du redémarrage de la filière seraient vitaux, notamment pour sauvegarder les centaines, voire les milliers d'entreprises de petite taille du secteur. La production pourrait tomber à l'arrêt total avec une inertie de 12 mois pour remettre le secteur à flot avec des conséquences sociales et économiques dramatiques, alerte Infranum.

De nombreuses entreprises du secteur électronique ont été contraintes d'adapter leur outil de production en conséquence de la crise actuelle. Par exemple, Lacroix Group a pris la décision de fermer ou de faire tourner au ralenti plusieurs de ses usines. Et dans ce contexte, le groupe n’est plus en mesure de confirmer l’atteinte de ses objectifs annuels. Pour ne rien arranger, les délais de paiement se sont allongés et un comité de crise a été mis en place face à cette situation. Il sera réuni sous la forme de conférences téléphoniques sous l’égide du Médiateur des entreprises et du Médiateur du crédit afin de régler les problèmes au cas par cas.

Des mesures et des aides gouvernementales ont été décidées pour aider les entreprises qui, pour beaucoup, maintiennent leurs activités en respectant les mesures de distanciation sociale. Le ministère des Armées a lancé un appel à projets de solutions innovantes pour lutter contre le Covid-19 avec un budget de 10 M€ , et près de 4 milliards d'euros ont été alloués pour aider les start-up à collecter des fonds pendant la crise, alors que nombre d'investisseurs deviennent quelque frileux pour les soutenir.

Publié dans Editos
Page 1 sur 13

Embarqué
Adm21, nouveau SBC 3,.5” basé sur Intel Atom x7-E3950 Vecow , distribué par ADM21, vient de lancer le nouveau SBC ( single Board Computer ), EMBC-2000 [...]
Pour communiquer sur vos produits,
n.heurlin@electroniques.biz - 02.98.27.79.99

Veuillez entrer votre nom et numéro de téléphone.

Pour toute question, merci de nous contacter
10/03/2021 - 11/03/2021
IBS (Intelligent Building Systems)
04/05/2021 - 06/05/2021
PCIM Europe
04/05/2021 - 06/05/2021
SMTconnect
01/06/2021 - 03/06/2021
JEC World 2021