Electroniques.biz

L'Europe va lancer un programme stratégique dédié aux batteries

Rédigé par  mardi, 07 mai 2019 09:20
L'Europe va lancer un programme stratégique dédié aux batteries

Au total, "5 à 6 milliards d'euros seront investis pour construire les premières lignes de production, répartis entre 1,2 milliard d'euros d'argent public au maximum et 4 milliards d'euros environ d'argent privé", a indiqué Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, lors d"une conférence de presse conjointe avec le vice-président de la Commission européenne Maroš Šefčovič, et son homologue allemand Peter Altmaier.

En présence du vice-président de la Commission européenne Maroš Šefčovič, et de son homologue allemand Peter Altmaier, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a annoncé, le 2 mai dernier, le lancement d'une filière industrielle européenne des batteries de quatrième génération. Ce projet, qui était jusqu’à présent franco-allemand prend en effet une envergure européenne avec le soutien stratégique de la Commission européenne. 

Fruit d'un travail avec les industriels, cette initiative est destinée à construire cette filière européenne des batteries qui devra intégrer toute lachaîne de valeur : extraction des minerais, réalisation des cellules, réalisation des batteries, intégration aux voitures et recyclage des batteries.

Outre la France et l'Allemagne, d'autres Etats membres ont déjà manifesté leur souhait de rejoindre le projet, affirme Bruno Le Maire : "je pense à l'Italie, à la Belgique, à la Pologne, à l'Autriche, à la Finlande, précise-t-il. "Nous franchissons une étape majeure aujourd'hui puisque la Commission européenne vient de nous confirmer son principe, formellement, et confirmé l'intérêt stratégique pour l'Europe de cette filière", a-t-il précisé. Ce sera le 2è IPCEI (Important Project of Common European Interest) ou, en français, PIICE (projet important d'intérêt commun européen) après celui sur la nanoélectronique approuvé à la fin de l'année dernière. Il pourrait être lancé d'ici octobre, donc avant la fin du mandat actuel de la Commission européenne.

Il sera possible de verser des aides publiques au financement de ce projet. Le montant maximum de subventions publiques qui pourra être apporté à ce projet de batteries sera au maxiimum de 1,2 milliards d'euros. Au total, avec les investissements des industriels, "5 à 6 milliards d'euros seront investis pour construire les premières lignes de production, répartis entre 1,2 milliard d'euros d'argent public au maximum et 4 milliards d'euros environ d'argent privé", indique Bruno Le Maire. Des fonds structurels disponibles pourront participer à ce financement. Et si d'autres projets de batteries devaient voir le jour en Europe, ce serait des montants considérablement plus importants qui pourraient être en jeu.

La France fournira 700 M€ d'aides publiques

Chaque Etat paiera pour les développements qui se feront sur son territoire. Le président de la République avait annoncé, il y a quelques semaines, que la France investirait 700 millions d'euros pour tous les projets liés à la production de cellules de batterie sur son territoire. En terme d'emplois, cette initiative spécifique permettra la réalisation d'une usine-pilote en France de 200 emplois d'ici quelques mois et de deux usines de production - une en Allemagne et une en France - qui seront chacune d'un niveau minimal de 1500 emplois.

"Nous avons également les atouts industriels, puisque nous avons, en France et en Allemagne, les grandes entreprises, le réseau de sous-traitants, la capacité de recherche, pour construire cette filière. En France, l'entreprise Saft est engagée depuis le début en faveur de ce projet et nous travaillons également avec des constructeurs, notamment PSA et Opel : c'est le côté franco-allemand de ce projet. Nous avons enfin des objectifs clairs. Nous voulons une filière complète : de l’extraction des minerais à la réalisation des batteries électriques et à leur recyclage, afin de garantir notre souveraineté sur l'intégralité de la filière. Nous voulons une filière de haut niveau technologique qui produira au départ et jusqu'en 2022, 2023 des batteries liquides. Celles qui existent déjà aujourd’hui, mais d’un niveau plus performant que l’état de l’art et qui rapidement développera une technologie de batteries solides", a expliqué Bruno Le Maire.

La France et l'Allemagne doivent maintenant, avec le soutien de la Commission européenne, convaincre rapidement les pays qui hésiteraient encore à intégrer la filière européenne. 

10 à 25 « Gigafactories » sont nécessaires

"Stratégique pour l'avenir de notre mobilité propre, stratégique pour accélérer la transition écologique (la montée en puissance des renouvelables) et stratégique pour notre compétitivité globale, c'est pour cette raison que nous avons lancé - il y a plus d'un an - une Alliance européenne de la batterie, couvrant toute la chaine de valeur et tous les instruments de soutien possibles (européens, nationaux, régionaux, publics et privés). L'enjeu est de taille : la demande pour les batteries en Europe pourrait avoisiner les 400 GWh en 2025, en raison de l'électrification du transport. Nous aurons besoin de 10 à 25 « Gigafactories » pour satisfaire ces besoins. Le potentiel en termes d'emploi est énorme : entre 2 et 3 millions d'emplois directs et indirects pourraient être créés en Europe. Or aucune entreprise européenne ne produit actuellement à grande échelle (nous représentons 3% de l'offre mondiale de la batterie). Pire : jusqu'au lancement de l'Alliance de la batterie, nos acteurs industriels travaillaient de façon cloisonnée en silos. Et nos concurrents asiatiques en tiraient leur épingle du jeu", a pour sa part déclaré Maroš Šefčovič.

 

24 juin 2019
23 juin 2019
21 juin 2019
20 juin 2019
19 juin 2019

Composants
Barrette de diode laser pulsée de haute puissance Adaptées pour des conditions d’utilisation critiques grâce à leur dissipation thermique et une [...]
Pour communiquer sur vos produits,
alrouaud@newscoregie.fr - 01 75 60 28 61

Sondage express

Technologies émergentes
Parmi ces applications émergentes pour l'électronique, quelle est celle que vous estimez être la plus prometteuse pour l'électronique française ?
Pour toute question, merci de nous contacter